Shizuka Green - Setsuna - Trignita - Bras Droit de Faust - Acréantrice de la température et de la matière

Aller en bas

Shizuka Green - Setsuna - Trignita - Bras Droit de Faust - Acréantrice de la température et de la matière

Message par Trignita le Sam 7 Oct - 1:11

Ce n'est pas une présentation comme les autres. C'est une présentation post-mortem déjà. Mais en plus, elle a lui irp.


Contexte : Shizuka vient de tuer Virginia, ça fait plusieurs jours qu'elle reste dans un lac souterrain, dans la base des acréanteurs, Berthold lui a rendu visite peu avant, ainsi que Novem et Francky. Tous avec une différente manière de voir les choses. Et Finalement. Faust. Lui-même lui demande, "Apprend-moi quelque chose", Shizuka est persuadé de ne pas pouvoir lui répondre correctement, alors elle commence à littéralement raconter sa vie.



Elle le fixe un moment, sans rien dire, elle ne savait pas quoi lui apprendre, à lui qui avait vécu, 522 ans. Le silence est pesant,  plus que d'habitude. Sa vie était en jeu. Est-ce qu'elle voulait mourir ? Non. Elle ne voulait pas mourir, personne ne veut mourir, même les suicidaires, chacun a en soit quelque chose qui le pousse à vivre. Même les morts veulent vivre. Pour vivre, Faust lui a donné un impératif. Elle devait montrer à Faust qu'elle était différente des milliers de personnes qu'il a déjà croisé. Plusieurs idées lui traverse l'esprit. Lui demander de la tuer, sûrement pas, c'est la solution de l'orgueil, penser que Faust n'en serait pas capable. Lui lancer un sort. Il a forcement connu un fou capable de faire ça. En vérité. Il a sûrement rencontré tout type de personnes parmi, les 21 premiers. Mais il fallait faire un choix. La première chose à faire, était de deviner quel choix Ayden avait fait. Il n'aimait pas Massako, elle le savait, il s'était plusieurs fois engueulé avec lui. Il se moquait de lui aussi. Orgueilleux qu'il était. Il valait mieux éviter. Lui mentir ? Lui donner une fausse information ? Après tout, il ne peut connaître quelque chose qui est faux. Mais, est-ce que ça serait vraiment lui apprendre quelque chose ? Et puis, c'était sûrement la chose qu'un homme qui se croit intelligent donnerait. Peut-être qu'elle ne devait pas être orgueilleuse, intelligente, folle, ou malicieuse. Peut-être que Shizuka devait être elle même. Peut-être qu'elle devait lui raconter toute sa vie. Après tout, ça correspondait aux deux critères, montrer qu'elle est unique, et lui apprendre quelque chose. Alors elle suit les conseils de Faust, prend une longue inspiration, pour son récit qui prendrait un moment.

-Vous le savez sûrement déjà, mais mon nom est Shizuka. Je ne connais pas mes parents biologiques. Je sais qu'ils sont japonais, et qu'ils m'ont abandonné. Je ne connais pas leurs motivations, si c'était un accident, si j'étais un accident. Mais je sais que mon père adoptif, Joseph Green m'a recueilli. À l'époque où je suis arrivé, mais mère adoptive était déjà mourante. À l'heure où nous parlons, c'est le cas de mon père, qui a 94 ans, il a un cancer, c'est la deuxième fois que ça lui arrive, la première fois, il avait guéri. Il est le dirigeant d'une entreprise de pharmaceutique, qui autrefois était une succursale de pétrole. Ça n'est pas lui qui l'a fondé, elle lui a été légué part un ami de son grand-père il y a de ça 74 ans, donc en 1946, peu après la fin de la guerre donc. Cet ami s'appelait Robert Smith. Je sais peu de chose sur lui. Il est allé aux Usa peu après mon arrière grand-père, James Green,  et il y a trouvé du pétrole. Alors que mon arrière-grand-père y est mort, c'était un fils de noble, mais il a tout perdu d'une manière mystérieuse. Mon grand-père c'était engagé dans l'armée, pour combattre, ce genre de chose, militaire professionnel. Il y est mort. Avant de combattre, un crise cardiaque. Seul ma grand-mère savait à l'époque, elle l'a enterré et est parti combattre à sa place, Elizabeth Green. Elle n'est jamais revenu. Mon père a été élevé par sa grand-mère, Jane Green, tabassant les brigands de New-York qui lui voulait du mal. Mon père a toujours été fort. Même maintenant à 94 ans. Je l'ai toujours admiré. Il n'est pas forcement un mage d'exception, mais, il a toujours gardé la même attitude désinvolte au fil des ans. J'aime ça, savoir qu'il a su rester lui même malgré tout ce qu'il a vécu. Il a aussi une fille, Scarlett Green. Et un fils illégitime, Heishiro Hisashige. Heishiro doit avoir 16 ans de plus que moi et Scarlett doit avoir la cinquantaine maintenant. Ça fait un moment que je ne les ai pas vu, mais je sais que Heishiro a le même âge que son neveu, et donc, le mien, qui est le fils de Scarlett. Elle s'est marié à un Allemand, Siegfried Schneider, Joseph l'a assez mal pris. Vu que sa mère est morte tué par les fritz, et qu'il les a combattu. Mon neveu, qui a 20 ans de plus que moi, s'appelle Gregor Schneider. Il a eu une fille avec une femme morte dans un accident depuis. Je crois que elle, elle a mon âge, à peu près, je dois être sa grand-tante adoptive du coup. On s'entend plutôt bien. Je ne l'ai pas vu depuis que j'ai quitté les états-unis, et ça m'attriste un peu. Amber Sheid. Hum, oui, elle a changé son nom, les relations avec son père son pas terrible, ça m'attriste un peu. Il me semble que c'est à peu près tout concernant ma famille. Moi. J'ai grandi dans l'est des Usa, mon père vivant assez facilement, on avait une tour à l'époque. Grande spacieuse, avec des énormes baies vitrées. Mes premiers souvenirs me viennent de mes 6 ans. L'âge où on perd ses premières dents.  J'ai toujours adoré cette période de la vie. On est insouciant, on prend des risques ridicules parce qu'on est pas habitué à la peur, au danger. Mon premier vrai souvenir, c'est un chien qui m'attaque, et me hurle dessus. C'est sûrement de là que me vient ma phobie en fait. J'ai toujours eu peur des chiens, aussi loin que je m'en souvienne. Plusieurs fois, on a essayé de m'en guérir, par la confrontation, ou en me disant qu'ils ne sont pas dangereux. Rien y fait. Pourtant, ça n'est pas l'envie qui manque. Dépasser ses peurs. Ne plus rien craindre à part la mort. Enfin, pas ne rien craindre, mais dominer ses peurs. Chacun des acréanteurs me fait peur. En vérité, quand on y pense. N'importe qui peut être effrayant. Je dirai même, tout est effrayant, si on prend du recule. Chaque, chose est tellement imprévisible, quand bien même on pense la connaître, elle change d'un seul coup, sans prévenir. Chaque infime parti de l'univers est une menace. Ça, je l'ai réalisé après quelques années paisibles. À New York, vers 7 ans, j'ai commencé à remarquer les armes que les moldus portent sur eux. Et quand je l'ai vu en action, dans un film, j'ai su que la plus grande menace n'était pas les chiens, mais l'homme lui même. Par chien, j'entend la nature en générale et pas juste les chiens. Enfin, aux Usa, c'est normal, les gens ont le droit de porter des armes en suivant certaines règles. Pour notre propre protection, celle des citoyens, des bons citoyens. J'avais à 8 ans et demi un ami, Antoine Kithrad. On s'amusait bien, il pensait bizarrement, mais on s'amusait bien. Lui devait avoir 13 ou 14 ans . Il ne jurait que par le hasard, ce qu'il mangerait, ce qu'il ferait dans la journée. Je l'aimais bien, un peu comme un grand-frère. Il m'emmenait au cinéma ou à la piscine en fonction du coté de la pièce qui tombait. Puis, un jour, il a poussé le vice plus loin. En dehors de la cigarette et des autres trucs qu'il prenait, pour rire, une chance deux. Il a fini par trouver une arme à feu, un sept coups. Il est mort, comme ça, en riant, le sourire aux lèvres. J'ai pas vraiment compris sur le coup, même quelques semaines après. La mort. Est un concept difficile à comprendre. Même devant son cercueil pendant l'enterrement, je ne comprenais toujours pas. Je veux dire, je comprenais qu'il ne reviendrait pas. Mais, je ne comprenais pas pourquoi les gens étaient triste. Il avait choisi de vivre comme ça. De tout risquer n'importe quand, n'importe comment. Lui, il savait que ça finirait comme ça un jour. Je me suis demandé, est-ce que c'est mal de ne pas pleurer ? Est-ce que c'est mal de ne pas être triste ? Les gens m'en voudront-ils si c'était le cas ? Je ne pense pas avoir eu de réponse à mes questions. Jamais en vérité. Les gens ne parlent pas de ce qu'ils ressentent dans un enterrement, ou plus ils sont tous tristes. Alors, à cet âge, j'ai fait semblant d'être triste. Le reste de l'année, fût la plus calme que j'ai jamais connu. Antoine n'était plus là. C'est à cette époque un peu vide que j'ai vu pour la première fois Amber. Je l'ai toujours trouvé jolie, plus jolie que moi. Je n'étais pas jalouse, non. Un simple, constat. Peu de gens trouver les asiatiques jolie, ou mignonne pour cet âge. Je ne me trouvais pas belle, je me trouvais différente. Amber aussi était différente mais pas à cause de ses pensées, ou de son physique, Amber était comme, un garçon manqué, un peu. Elle a toujours été féminine, avec ce qu'il faut, là où il faut. Elle me servait un peu de sœur. Et de grand-frère à la foi en fait. Drôle, gentille et courageuse aussi. Elle m'a toujours servi de modèle. Enfin, elle a fini en prison, récemment, elle a tué quelqu'un elle aussi. Enfin, un accident, mais elle n'a pas prévenu les secours. Je suppose que si mon modèle finit en prison. J'y finirais aussi. Je suppose que si vous n'êtes pas satisfait, ça ne sera pas un problème.

Elle soupire. Et bouge un peu, pour se remettre en place.

-La première fois que j'ai ressenti la magie, c'était peu de temps après, six, ou sept mois, après les mois creux. Amber ne venait plus beaucoup. C'est son père qui a vu mes pouvoirs pour la première fois. Gregor, était venu voir son grand-père entre deux études spéléologique, sont père à lui étant toujours en voyage. C'est toujours resté flou pour moi. Mais j'ai simplement fait voler un peu de nourriture. Et, il m'a applaudit. Je ne l'avais même pas fait voler longtemps. Juste assez pour qu'on le remarque.

Elle se frotte le visage, fatiguée par sa propre histoire et l'heure.

-L'année de mes dix a été étrange, mon père me disait de toujours rester calme dans toutes les situations, si je voulais garder mes amis moldus, en tout cas. Je comprend maintenant, qu'il voulait préserver le secret magique. L'année fut assez, compliquée. Cacher se sentiments, sa colère, c'est difficile quand on a cet âge. Pour moi, ça l'était. Les peu de fois où je m'énervais, c'était contre mes oreillers, dans ma chambre. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, elle était assez petite, et modeste comparée au reste de la maison. Mon père dirait qu'on a que ce qu'on mérite. Ou quelque chose du genre. En fin d'année, j'ai reçu la convocation d'Illvermorny. J'étais plutôt fière à l'époque. Je suppose que je n'aurai pas dû. Ma première année fût catastrophique. Je … N'arrivais même pas à lancer un sort correctement. Même si la magie c'était éveillée en moi. Pendant toute l'année, rien. J'ai fini par désespérer. Je me suis mise à penser que ça n'était pas fait pour moi. Et. Quand j'ai redoublé. Ça ne s'est pas arrangé. J'étais censée redoubler pour rattraper mon retard. Et je l'ai fait. Mais pas le retard social que j'avais pris. Les gens se moquaient de moi, mes anciens camarades, les nouveaux, et aussi ceux que je ne connaissais pas. Ça a duré deux, trois ans. Puis j'ai fait ma troisième année à poudlard. Puis la quatrième, et la cinquième. Les gens de poudlard pense que j'ai été transféré parce qu'on se moquait de moi, mais même si c'est vrai. C'est parce que Illvermorny ne voulait plus de moi. J'avais frappé un garçon. Je ne me souviens plus de son nom. Mais, il s'était moqué, trop souvent de moi. Je lui ai pété les dents. Donc, Poudlard. Une autre part entière de ma vie. Mes deux premières années sont restées plutôt calme. Je suis restée en retrait, conservant de bonne note, sans dire grand chose. Puis, pendant ma cinquième année. Massako a tué Charlie. Et Taylor. Je connais pas les détails, et je les connaîtrais jamais. Taylor, était un traître il me semble. Charlie. Charlie était Charlie. Et, soudain, on me dit que je serais préfète. Je, ne m'y attendais pas vraiment. Je ne pensais pas être prête. Et finalement, j'ai fait de mon mieux. Francky, il m'a rencontré cette année là. On a parlé un peu, et je sais pas vraiment pourquoi, quand je lui ai dit qu'on traînerait ensemble, il a pensé qu'on était ensemble. Peut-être que c'est ce que j'aurai dû y voir aussi. À l'époque, j'avais plutôt le béguin pour Matthew Mitchell. Puis, je l'ai quitté. C'était. Un peu. Brutale. Et pourtant, il est venu me sauver face à Sutcliff.

Elle regarde ailleurs pendant un moment.

-Je ne sais pas si ça a joué, mais on a couché ensemble, pendant les vacances.  Déjà alors, j'avais envie de me venger, je brûlais déjà. L'année d'après, Francky a disparu de Poudlard. Matthew et moi nous sommes séparé, Ayden, m'a amené à vous, il a dit m'aimer comme il avait jamais aimé. Et. Il est mort. J'ai eu peur, quand il a fait son discours. Qu'il a lâché son bracelet et que Pam Browning a ramassé. Devant Paddar, j'ai eu peur qu'il ne révèle sans le vouloir que j'étais apprentie acréantrice moi aussi. Une peur des plus idiotes. Car, je le révélais quelques jours plus tard à Matthew. Pourquoi ? Je l'aimais, je crois. Je pensais qu'il me comprendrais. Il ne m'a pas compris. Parce que Charlie est morte. J'ai eu peur, encore une fois, qu'il me donne au ministère, j'ai eu peur de votre réaction. Finalement, Tosh a séparé mes souvenirs, ou quelque chose du genre. Faisant croire aux autres que j'ai été oubliette. Plus tard, dans l'année, Eïnar Thorburn, m'a fait par d'un affrontement, entre Paddar et Undertaker. Que Trafalgar Pevrell était reparti avec la canne qui contenait les souvenirs de Paddar. Que, vous cherchez. Puis, dans la même année, j'ai couché avec Taséu. Le fait que Matthew ne me comprennent pas. La mort d'Ayden. Le retour de mission avec Decadys. Tant de chose qui ont pu y aider. Je n'aurai pas dû. J'ai, recommencé à voir Matthew. Je me disais que, par obligation, puisque je l'aimais avant le faux oubliette, je devais faire semblant de l'aimer. J'ai fait ça, à Pré-au-Lard. Et. En Grèce. Puis. J'ai. Été enlevé. Ils visaient Matthew, pas moi. Mais ça ne les a pas empêché de me violer. Enfin, le ministre Grecque. Un prof, est mort devant moi en me protégeant. C'était étrange. On a fait soigner ma joue manquante pendant les vacances, je me suis entraînée aussi. À l'intérieur, je bouillonnais alors qu'en extérieur, je devais jouer les traumatisés, les faibles. J'ai commencé à faire une séparation entre Shizuka et Trignita. J'ai joué à ça toute l'année, pendant que Shizuka se recroquevillait sur elle même, Trignita devenait plus forte, chaque jour. Et, ça semblait fonctionner. Et. Ana, est arrivée. Je ne pensais pas pouvoir tomber amoureuse encore une fois. Peut-être. Que le fait qu'elle soit une femme.

Elle fait une nouvelle pause.

-Je me suis trompée, elle m'a réveillé, elle a réveillé Shizuka. Je suis redevenu forte à Poudlard. Le soir même j'ai pleuré, beaucoup, je ne comprenais pas. J'avais fait une séparation entre Shizuka et Trignita, mais, étrangement, je suis venu pleurer ici. Et c'est Trignita qui pleurait. Alors. Quand, j'ai tué Virginia. Parce que je l'ai tué. Je ne sais pas vraiment qui l'a fait. Shizuka ? Trignita ? Peut-être un mélange des deux. Je n'ai pas la moindre idée. C'était peut-être juste moi. Peut-être que la séparation n'a jamais eu lieu. Je. Ne peut pas lire en moi même.

Lentement elle relève la tête.

-J'ai parlé avec Berthold. Il pense que je pourrais m'en sortir. J'ai parlé avec Taséu. Je suis pathétique à ses yeux. J'ai dit tout à l'heure, que j'avais eu peur lors du face à face entre Paddar et Ayden pour mon identité secrète. Que j'ai eu aussi peur quand je l'ai révélé à Matthew. Mais maintenant, je me dis que, je n'ai pas peur, car les cartes je ne les ais plus en main depuis un moment.  Je vous ai raconté globalement ma vie, jusqu'à maintenant, où je me tiens devant vous. Cette vie. Elle est votre. C'est à vous d'en disposer.

Et finalement, elle baisse la tête, prête à recevoir le jugement de Faust.
avatar
Trignita

Messages : 408
Date d'inscription : 11/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shizuka Green - Setsuna - Trignita - Bras Droit de Faust - Acréantrice de la température et de la matière

Message par John DeRiv le Sam 7 Oct - 14:17

Shuzika, Setsuna, beau personnage, qui sous un air qui m'a paru simple au début, est enfait compliqué et tourmenté.

La mort de ce personnage qui était devenue récurent m'attriste. Oui c'est triste.
J'ai beaucoup de chose à dire mais je ne sais pas trop quoi dire, A part.

Repose en Paix Shizuka, et Désolé pour la Grèce.

John DeRiv, IRP et HRP.
avatar
John DeRiv

Messages : 6080
Date d'inscription : 26/05/2017
Localisation : La où je suis heureux... Enfin... C'est compliqué...

Feuille de personnage
Puissance Magique:
56/150  (56/150)
Force mentale:
46/100  (46/100)
Emploi: Cinquième année

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum